Rencontre avec
Mariane Zahar

Comme de nombreuses personnes, j’avais 20 ans lorsque je découvris cette femme extraordinaire dont les aventures sont propres è nourrir toutes les audaces des femmes. Chez les occidentaux 5 sens sont reconnus, chez les bouddhistes 6. Ce sixième sens est souvent attribué aux femmes dont l’intuition est légendaire, est-ce ce sixième là qui nous rapproche tant de la quête de spiritualité d’Alexandra ? Toujours est-il que je m’y reconnais sans aucun doute et le cheminement aidant me revoici, chère Alexandra. Avec mes quelques modestes bagages accumulés toutes ces années je viens faire un bout de chemin avec vous. Nous allons unir nos enseignements, nos connaissances et si vous le voulez bien je vais vous emprunter quelques aventures et tenter d’endosser votre personnalité. Vous ne m’en voudrez pas je le sais, d’autant plus que je ne vous fais pas de cadeau, c’est de bonne guerre, n’est-ce pas, puisque vous n’en faisiez pas non plus ? Et je sais que cela vous plaira que ce portrait soit sans concession ni fioritures. Par contre j’ai pris une liberté, celle que vous ne vous êtes pas permise, peut-être par refus de prêter le flanc aux détracteurs. Les temps n’ont pas changé nous avons toujours les mêmes esprits cyniques à combattre et à ma manière je me jette en pâture, mais avec de sérieux alliés, Max Planck et Albert Einstein, leurs découvertes me sont bien utiles. Alors nous verrons si un siècle plus tard, vos efforts conjugués aux miens porteront enfin leurs fruits ! Car moi, tout comme vous et beaucoup d’autres, en partant à la conquête de nous-même nous croyons agir pour créer un monde meilleur, et nous l’exprimons chacun à notre manière.
Moi, c’est en faisant ce que je crois savoir faire : du spectacle.

UN SUJET PERTINENT

Cette création a répondu à un besoin, une évidence, une nécessité pour moi d’abord, femme du 21ème siècle, occidentale, baignant dans une civilisation qui voit ses limites, se heurtant à l’artificialité de chaque chose et découvrant que même l’humanité n’est plus qu’un concept. Et ce qui est ressenti si fort est souvent partagé par le plus grand nombre, cette affirmation n’est pas un concept mais bien une réalité. C’est probablement pourquoi cette création qui fût présentée pour la première fois en juillet 2014 lors du festival « Le moulin à paroles » à Orléans, pour enchaîner avec une tournée d’été dans les Hautes-Alpes et les Alpes de Hautes Provence, provoqua tant d’émotions. Contre toute attente, ce spectacle fût instantanément une évidence et une nécessité pour le public qui de représentation en représentation se passait le mot pour y assister. Un coup de dés ? Une tocade ? Peut-être. De mon point de vue, j’ai juste eu l’impression d’avoir été à l’écoute du plus profond de moi-même en y cherchant sinon une réponse, du moins une ouverture. Je ne suis pas bouddhiste, je ne suis rien du tout mais comme bon nombre d’entre nous je sens bien que cet hyper rationalisme et ce cynisme de bon ton si typique à l’occident, me réduisent le cœur et ne me valent rien ! Alors j’ai osé car je n’ai rien à perdre mais tout à gagner !Mariane Zahar